Les différentes façons d'être édité

Vous écrivez et vous avez envie d'être édité, mais vous ne savez pas vers quel type d'édition vous tourner. Je vous aide à les différencier.



Votre aventure en tant qu'auteur ne s'arrête pas une fois l'écriture de votre ouvrage terminée. Il y a d'autres éléments à prendre en compte après ça, en particulier si vous avez l'intention de publier votre manuscrit.


Dans le domaine de l'édition, il n'y a pas une seule voie sacrée que tous les écrivains suivent sans exception. Il existe plein de façons différentes de communiquer son travail au public. Tout dépend de ce que vous recherchez.


Dans cet article, je vais vous expliquer tout ce que vous devez savoir sur les différentes formes d'édition et de publication.


L’autoédition


Avec ce système, vous prenez en charge l’édition de votre ouvrage et vous avancez tous les frais de votre poche.


Vous réalisez la correction, la mise en page, la couverture, l’écriture du résumé, l’impression ou la création de votre livre numérique soit vous-même soit en passant par des prestataires.


Vous allez également devoir gérer la publicité pour faire connaître votre roman. Pour ça, il n'y a pas de secret. Les auteurs qui s'en sortent le mieux sont ceux qui ont une communauté engagée. Cette dernière vous soutiendra et ses membres seront les premiers à qui vous pourrez parler de votre livre.


L'autoédition implique efforts et investissement, mais l’avantage est que tout l’argent que vous récolterez par la suite vous reviendra dans son intégralité.


Il y a toutefois un moyen pour que vous n'ayez pas tous les frais à prendre en charge et ce moyen, je vous l'explique dans le paragraphe suivant.


Le financement participatif


Est-ce que vous avez déjà entendu parler d'Ulule, de Kickstarter, de Patreon, de Leetchi ou de Kiss Kiss Bank Bank ?


Derrière ces noms se cachent des plateformes de financement participatif sur lesquelles vous pouvez vous inscrire et récolter des dons pour financer votre projet.


Le financement participatif n'est pas une forme d'édition en soi. Lorsque vous vous orientez vers ce dispositif, vous visez en réalité l’autoédition.


Vous faites appel à votre communauté pour vous aider à réaliser votre projet en leur promettant en retour des cadeaux et des exclusivités (une affiche, une illustration, avoir son nom dans les remerciements, l’envoi du livre en avant-première…).


Passer par le financement participatif implique d’avoir une communauté qui sera prête à vous faire des dons pour rendre possible l'édition de votre ouvrage. C’est aussi la garantie de le vendre à coup sûr puisque les gens l’achètent avant même qu’il soit créé.


La maison d’édition à compte d’éditeur


Lorsqu’on envoie son manuscrit à une maison d’édition, il est très important d’étudier sa ligne éditoriale pour voir si votre ouvrage correspond à ce qu’ils ont l’habitude de publier.


Par exemple, si vous envoyez un polar à une maison d’édition qui ne publie que de la science-fiction, votre manuscrit ne sera jamais lu. Étudier la ligne éditoriale vous évite de perdre du temps et cela accroît également vos chances de passer en comité de lecture.


Cela peut paraître évident pour certains, mais j'ai des amis dans l'édition qui reçoivent souvent des manuscrits qui n'ont rien à voir avec ce que leur maison édite.


Faites aussi très attention aux consignes sur leur site Internet. S'ils expliquent qu'ils n'acceptent pas les manuscrits envoyés par voie postale, envoyez vos documents par Internet en suivant les recommandations indiquées.


Les maisons d’édition vous demandent généralement d’envoyer un manuscrit accompagné :

- d’une lettre de présentation qui parle de vous, de ce que vous avez éventuellement écrit avant et de ce pour quoi vous souhaitez être publiée chez eux ;

- d’un résumé de votre histoire ;

- d’un synopsis (c’est-à-dire une description plus détaillée/approfondie de votre histoire) ;

- d’une présentation brève de vos personnages (toutes les maisons d’édition ne le demandent pas, mais c’est bien de le préparer au cas où).


Si votre ouvrage est retenu, vous n’aurez aucuns frais à avancer.


Si une maison d’édition à compte d’éditeur vous demande de payer quoi que ce soit en échange de la publication de votre ouvrage, sachez que ce n’est pas légal (ou il s’agit dans ce cas-là d’une maison d’édition à compte d’auteur → voir le paragraphe suivant).


Lorsque vous signez un contrat avec une maison d’édition à compte d’éditeur, vous lui cédez les droits de reproduction, c’est-à-dire la fixation matérielle de l’œuvre dans le but de la communiquer au public. L’éditeur a alors l’obligation de publier votre ouvrage, d’assurer à l’œuvre sa diffusion commerciale et de vous rémunérer vos droits d’auteur en fonction des éléments indiqués dans le contrat.


En plus de vérifier la ligne éditoriale de la maison d’édition, je vous conseille de vérifier aussi sa réputation sur Internet. Certaines structures peu scrupuleuses ne payent pas leurs auteurs, même si c'est illégal.


Faites attention à un dernier point !


Pour conclure cette partie, j'aimerais vous donner une dernière recommandation concernant la lettre de présentation qui accompagnera votre manuscrit : n'oubliez pas d'être poli !


Malheureusement, les éditeurs reçoivent beaucoup trop de mails qui ne respectent pas cet usage fondamental.


Commencer votre mail en disant « bonjour » et le terminer par « cordialement », ça change tout ! Si vous ne faites pas cet effort, les éditeurs n’en feront pas non plus, et ils n’hésiteront pas à supprimer votre message sans lui accorder d'intérêt.


Respectez toujours votre interlocuteur.


Exemple de lettre d'accompagnement de manuscrit :


Bonjour,


Je m’appelle Jack O’Neill. Après un parcours brillant au sein de l’armée de l’air au sein de laquelle j’ai terminé Général avant de prendre ma retraite, j’ai écrit un livre. J'y relate mon expérience ainsi que les grands moments de ma carrière et j’ai constaté que votre maison d’édition publie des ouvrages similaires.


Je vous envoie donc mon manuscrit intitulé Ma vie d’explorateur intergalactique, en espérant qu’il plaise à votre comité de lecture.


Bien cordialement,

Jack O’Neill



Humour douteux mis à part, le principe est là 😅 À vous de personnaliser la lettre pour qu'elle corresponde à votre travail.


La maison d’édition à compte d’auteur


La maison d’édition à compte d’auteur vous permet de bénéficier des avantages d’une maison d’édition classique. Elle assure l’aspect technique et la diffusion à votre place.


Elle possède ses propres correcteurs, éditeurs, graphistes, et elle est en lien avec un réseau d’imprimeurs. Seulement, vous allez devoir tout financer vous-même.


Contrairement à la maison d’édition à compte d’éditeur, vous ne cédez pas les droits de reproduction, ce qui fait que l’intégralité du chiffre d'affaires vous appartient (et vous avez tout pris en charge financièrement en amont de toute façon).


Seule exception, le contrat de compte à demi.


Article L 132-3 du Code de la propriété intellectuelle : "Ne constitue pas un contrat d'édition, au sens de l'article L. 132-1, le contrat dit de compte à demi.


Par un tel contrat, l'auteur ou ses ayants droit chargent un éditeur de fabriquer, à ses frais et en nombre, des exemplaires de l'oeuvre ou de la réaliser ou faire réaliser sous une forme numérique, dans la forme et suivant les modes d'expression déterminés au contrat, et d'en assurer la publication et la diffusion, moyennant l'engagement réciproquement contracté de partager les bénéfices et les pertes d'exploitation, dans la proportion prévue.


Ce contrat constitue une société en participation. Il est régi, sous réserve des dispositions prévues aux articles 1871 et suivants du Code civil, par la convention et les usages."


Dans tous les cas, lisez bien votre contrat avant de le signer !


La publication en ligne ou autopublication


Avec l’autopublication, vous partagez votre manuscrit directement sur Internet soit gratuitement (sur un blog ou sur des plateformes dédiées) soit de façon payante (sur des plateformes payantes ou avec un système de monétisation).


En ce qui concerne les plateformes payantes et la monétisation, je ne suis pas sûre que cela vous permette de gagner autant que les autres formes d’édition. J’avais été approchée par des plateformes qui m’avaient proposé 50 € pour publier mon livre chez eux, ce qui n’est pas énorme.


Je ne sais pas comment est calculée cette monétisation, mais j’imagine que chaque plateforme a sa propre tarification.


Toutefois, même gratuite, l'autopublication vous permet de vous faire connaître et de vous constituer une communauté de fans qui vous soutiendra et vous fera des retours constructifs.


Je me souviens également de l'époque où j'étais libraire. Les meilleures ventes, notamment dans le rayon "jeunesse", étaient déjà des succès sur des plateformes comme Wattpad ou Fyctia.


En contactant des auteurs qui sont déjà populaires en ligne, les maisons d'édition prennent peu de risques puisqu'elles savent qu'il y aura une communauté prête à acheter les ouvrages lorsqu'ils seront disponibles en librairie.


J'espère que cet article a pu vous aider à y voir plus clair. Si jamais vous avez des remarques ou des questions, n'hésitez pas à m'en faire part en commentaire. Vous pouvez également m'envoyer un message si vous voulez discuter en privé. Je serai ravie de vous aider.

40 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout