Comment écrire une histoire captivante ? 3 conseils d’écriture d’Alexandre Astier

Alexandre Astier est un conteur d'histoires formidable et j'ai rédigé cet article pour permettre à ceux qui le souhaitent de s'inspirer de sa façon d'écrire.

Le fait que vous lisiez ces lignes peut signifier deux choses : vous admirez Alexandre Astier et vous pensez qu’il a un talent certain pour raconter des histoires.


Auteur, réalisateur, compositeur et interprète de la série et du film Kaamelott, il est également le scénariste des BD.


Il est connu pour avoir réalisé deux Astérix qui ont très bien marché au cinéma : Astérix : Le Domaine des dieux et Astérix : Le Secret de la potion magique.


Il a triomphé au théâtre avec ses deux spectacles, Que ma joie demeure ! sur la vie de Jean-Sébastien Bach et L’Exoconférence où il interprète un astrophysicien qui se penche sur la question de la vie extraterrestre.


On peut donc supposer à juste titre qu’un auteur de son envergure à quelques bons conseils à donner sur l’écriture.


J'ai écouté plusieurs interviews récentes et moins récentes, et j'ai retenu trois principes qui lui tiennent à cœur lorsqu'il est question de créer un univers.


Certes, il n’a pas écrit de roman bien qu’il en ait le projet, mais il réussit à créer des histoires passionnantes qui marquent les spectateurs. Vous allez voir dans cet article que la façon dont il procède pour y parvenir est particulièrement intéressante.


L'art de formuler de bons dialogues


« Ce qui est royal pour le dialogue, c’est d’avoir juste à faire de la musique, de la rythmique des mots et de jouer sur la langue. » (Interview dans l'émission Popcorn)


Alexandre Astier entre au conservatoire à six ans et à l’American School of Modern Music une dizaine d'années plus tard. La musique est importante pour lui et il confie lui-même qu’il dirige ses acteurs comme il dirigerait un orchestre, en faisant très attention au rythme, au ton et au bon enchaînement des mots.


Pour que les dialogues sonnent bien et fonctionnent, il porte une attention particulière à leur écriture. Chaque phrase contient une forme de musicalité.


J'ai tendance à penser que c'est cette musicalité qui rend les répliques de la série Kaamelott aussi faciles à retenir. Les phrases ont un rythme, une intonation qui font qu'elles restent en tête comme les paroles d'une chanson.


Cependant, ce n'est pas la seule force des dialogues d'Alexandre Astier. Pour lui, il est également indispensable de retranscrire le quotidien.


Il faut faire parler les gens comme dans la vraie vie. C'est la raison pour laquelle, il a horreur des dialogues purement informatifs, trop rigides et qui donnent l'impression que les personnages parlent comme dans un bouquin :


« Dans la vie, quand quelqu’un a envie de dire un truc, il y a toujours des convolutions. Ça n’arrive jamais qu’un mec soit droit comme ça et qu’il te parle tout de suite de ce que tu as besoin d’entendre. » (Interview dans l'émission Popcorn)

Pour éviter les dialogues figés et sans saveur, il faut donc retranscrire le réel.


Il n'y a pas besoin de faire un effort conscient pour y parvenir. Il suffit de faire appel à votre sens de l'observation en prêtant attention aux conversations autour de vous ou en lisant d'autres romans pour vous imprégner du procédé.


Vous pouvez également réciter vos dialogues à voix haute. Faites attention à la façon dont les mots sonnent. Faites comme si votre texte allait être interprété à l'oral (avec le succès des livres audio, cela pourrait très bien arriver) et demandez-vous s'il a l'air naturel.


À l'instar d'Alexandre Astier, n'hésitez pas à donner une voix propre à vos personnages. Cela permettra à vos lecteurs de les différencier, de mieux comprendre leur personnalité et de s'attacher.


Les gens ordinaires dans un monde extraordinaire


« J’aime les héros de comédie qui sont tout petits au milieu d'un monde extrêmement grand, beaucoup trop grand pour eux et beaucoup trop dangereux pour eux, beaucoup trop ample, beaucoup trop vaste. » (Interview sur RFM)


Alexandre Astier fait en sorte que ses personnages soient proches de nous. Ils ne sont pas particulièrement forts ou courageux. Ils ont des défauts, des faiblesses, des motivations et des problèmes qui les rendent réalistes et accessibles.


Une fois encore, la volonté de l’auteur de Kaamelott est de mettre en scène le quotidien avec en arrière-plan un objectif grandiose qui est la quête du Graal.


Avec le film Kaamelott, il sera aussi question de voyage. Les personnages vont changer de décor et on va les voir dans un univers beaucoup plus grand que d'habitude.


C'est ce décalage entre l'ordinaire et l'extraordinaire qui crée le ressort comique, mais cela permet également de rendre l'histoire crédible. On peut facilement se projeter dans les aventures que vivent les personnages parce qu'on s'identifie à eux et on a de l'intérêt pour ce qui leur arrive.


Pour y parvenir, il ne faut pas hésiter à montrer les gens tels qu'ils sont vraiment sans chercher à les rendre absolument formidables.


« Si tu prends des films hollywoodiens comme Kingdom of Heaven ou Le Roi Arthur, par exemple. Ils ont des périls, mais ce sont des périls qui sont à leur niveau. Les périls sont très hauts, tout comme eux-mêmes, tout comme leur pouvoir, tout comme leur noblesse, tout comme leur capacité d'aller tous dans le même sens, tout comme leur communication. Tout marche. Et moi je trouve ça bizarre. Pour moi, mettre vingt mecs autour d'une table en leur disant : "On va aller chercher le Graal", c'est pas possible mathématiquement que tout le monde sache immédiatement quoi aller chercher, que tout le monde ait une motivation sans faille, immédiate, que personne n'ait rien d'autre à faire, que personne n'ait de problème personnel qui vienne mettre un obstacle de plus dans la quête, qu'il y en ait qui n'ait pas envie, qu'il y en ait qui n'ait pas compris. C'est pas possible. Dans toutes les entreprises du monde, si tu réunis vingt mecs, il y en a six qui sont à la ramasse. C'est la vie, c'est comme ça, c'est bien. Pour moi, c'est plutôt réaliste. Je pense que je fais plutôt du réalisme. » (Interview sur la chaîne de Captain Popcorn)


Le héros qui se décourage


« Un héros qui ne douterait pas de ce qu’il a à faire, au bout d’un moment ça m’ennuie. [...] Il n'y a pas assez de mecs qui n'ont plus envie chez les héros. » (Entretien avec Alexandre Astier, Cinecitta, juin 2008)

Il est important pour Alexandre Astier d'avoir un héros humain avec des réactions que l'on peut comprendre.


Quel serait l'intérêt d'une histoire où le personnage principal n'aurait rien à craindre, où il serait toujours maître de la situation, où il réussirait toujours et où il n'évoluerait pas puisqu'il serait déjà parfait dès le départ ?


Pour que vos lecteurs aient envie de s'investir dans votre histoire, il faut leur laisser la possibilité d'être surpris et de s'attacher en rendant votre héros vulnérable. Il doit connaître l'échec, le doute et des moments où rien ne va pour mieux avancer et grandir. Sa transformation n'en sera d'ailleurs que plus flagrante.


Un personnage qui ne rencontre aucune difficulté, c'est un personnage qui ne peut pas évoluer. Ses combats, ses doutes, ses choix, ses réactions face aux obstacles vont contribuer à le marquer et à bousculer sa vision des autres, sa vision du monde et sa vision de lui-même.


En tant que lecteur, ou spectateur dans le cas de Kaamelott, on va non seulement avoir envie de le voir s'en sortir, mais c'est aussi ce qui va le rendre intéressant et donner envie d'en apprendre plus à son sujet.


Dites la vérité !


J'aurais pu aborder beaucoup d'autres points dans cet article, mais j'ai fait le choix de m'en tenir à ces trois principes qui semblent essentiels pour comprendre l'écriture d'Alexandre Astier d'après moi.


En rédigeant, j'ai réalisé qu'il y avait une thématique qui ressortait à chaque fois : il faut coller le plus possible au réel.


Lorsque vous écrivez, dites la vérité, soyez sincère. En utilisant cette stratégie, vous allez créer des personnages accessibles et humains. Vous allez faire en sorte que vos lecteurs s'attachent tout en rendant vos protagonistes uniques et mémorables.


Je vous partage également une vidéo Youtube qui vient de sortir et qui traite de l'écriture de Kaamelott. J'ai pensé qu'elle vous serait utile, car elle est très bien faite, très bien documentée, et elle vous permettra d'en apprendre plus si vous êtes intéressés.




138 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout